Le vin chilien et le libre-échange

Avec une croissance de 64 % par rapport à 2009 et une progression annuelle de 13 % de son CA, le vin chilien affiche une santé florissante. Une compétitivité que la filière souhaite consolider en s’orientant vers le haut de gamme et la production durable à l’horizon 2020.

Vin chilien

Le vin du Chili à la conquête du commerce mondial

Sixième producteur mondial de vin en 2015, le Chili grimpe de trois places par rapport à l’année 2014, avec un volume de 1 290 millions de litres, en hausse honorable de 29 %. Tête de file des vins appelés « vins du Nouveau Monde », Santiago est également le quatrième exportateur mondial de vin en volume, avec 880 millions de litres vendus en dehors du territoire, pour une valeur approchant les 1 650 millions d’euros.

Boosté par les différents traités de libre-échange auxquels il a souscrit, le Chili voit ses exportations de vin augmenter régulièrement, notamment vers l'Europe et l'Asie. Cette hausse des exportations de vin du Chili a permis de hisser le pays au rang de premier exportateur mondial hors Union européenne.

L'Association Vins du Chili

L'Association Vins du Chili

Les nouveaux enjeux du vin chilien en Asie

Chargée de la promotion de l’image des vins chiliens dans le monde entier, l’association Vins du Chili souhaite renforcer le dynamisme de la branche vinicole chilienne. Pour cela, elle s’est décidée à miser sur le marché asiatique. Un objectif ambitieux, qui vise à développer la notoriété naissante du vin chilien et à renforcer l’image d’un produit pourtant réputé économique et de bonne qualité mais peu présent sur le segment du haut de gamme, à l’inverse de son voisin argentin.

À la faveur des divers traités de libre-échange signés dans les années 2000, le Chili est déjà devenu le plus important pays d'origine des vins en vrac importés par la Chine et le Japon.

Un autre lien peut vous intéresser :